ARCHISTORM magazine

Retrouvez-moi dans l’article du magazine ARCHISTORM – N˚13 Architecture & Design – Un numéro spécial sur la 7e Edition, Les Rendez Vous de la Matière + faire.

Find me inside ARCHISTORM magazine – N˚13 Architecture & Design.

LAUR MEYRIEUX : DU JAPON À L’ÉCOCONCEPTION


À la fois architecte d’intérieur, designer, scénographe et créatrice de papier peint, Laur Meyrieux explore la couleur, les matériaux et les technologies innovantes dans une démarche liant écoconception et sensibilité héritée de son expérience japonaise.

Après 15 années de vie entre le Japon et Hong Kong, Laur Meyrieux est revenue s’installer à Paris il y a cinq ans pour poursuivre ses projets de conception d’objets, de mobilier, mais également de scénographie, affirmant dans cette diversité de compétence un travail pensé autour de la réflexion entre art et design. Soucieuse de la perfection des finitions et des détails, et particulièrement sensible au travail de la lumière, Laur Meyrieux a développé de nombreux projets d’architecture intérieure pour des maisons renommées telles que Restir ou Shu Uemura. Pour Hermès, elle a travaillé à la scénographie et à la direction artistique de différentes installations à Hong Kong et à Tokyo.
Pour chacun de ces projets, Laur Meyrieux peut être amenée à dessiner les éléments mobiliers, luminaires ou meubles, pour parvenir à l’élaboration d’un décor unique. Mais, plus largement, des marques réputées font aussi appel à ses talents pour concevoir directement des objets, comme la malle nomade réalisée pour les Champagnes Perrier-Joüet. Son imagination est sans limite en la matière, à l’image de sa série de tapis éditée par Toulemonde Bochart, présentée en septembre 2021, ou encore de sa singulière collection de bouteilles en cuir, cousue main par un artisan.
Cette collection de bouteilles recyclées rejoint l’un de ses axes de création fondamental, celui de l’écoconception, qui procède de la mise au point de nouveaux matériaux écologiques, respectueux d’une économie durable. La collection de papiers peints qu’elle vient de lancer, Les Papiers de Laur, s’inscrit pleinement dans cette démarche responsable. Elle s’appuie sur une fabrication écologique et française, utilisant de l’encre sans solvant, et où la production à la feuille permet à chaque client de quantifier son pack et donc de réduire les déchets.
Pour cette collection papier peint, Laur Meyrieux puise dans son expérience de vie japonaise et dans la sensibilité nippone pour les matériaux vivants, librement inspirée de la tradition du shibori, une technique de teinture à réserve par ligature sur tissu. Outre l’aspect écologique, la technique d’impression à la feuille se réfère également à l’historique du papier peint et à un savoir-faire unique, celui du domino, l’ancêtre du papier peint.
Laur Meyrieux y sélectionne des papiers d’Asie, les froisse, les plie, en explore la matière, avant de les peindre avec différentes encres. Une fois cette étape terminée, elle retravaille ses œuvres en digital pour finaliser des feuilles offrant une multitude de possibilités de composition, déclinée en cinq sous-collections particulières et permettant de personnaliser chaque mur comme un décor original et sur-mesure.

Texte Laurent Catala / Archistorm